P1050151 (1)

Ex-directrice des achats d’un grand groupe brassicole, Élisabeth Touzet-Planchon a décidé, après vingt ans passés dans la finance, de changer de vie « en connectant [s]es passions pour l’éducation et pour les nouvelles technologies ». Le déclic ? « Une conférence de Pierre Giorgini, recteur de l’Université Catholique de Lille, dans le lycée de mon fils. Ses propos sur les enfants fortement utilisateurs et non acteurs du monde numérique m’ont interpellée. » Restait à croiser l’événement déclencheur. « Ce fut chose faite lorsque j’ai cherché un stage de code pour mon fils. Si la création de jeu vidéo est proposée à Paris ou à Londres, rien à Lille. » En mars 2016, Élisabeth se lance et « pitche » pour intégrer l’incubateur d’EuraTechnologies et affiner son projet d’« ateliers de créativité numérique qui réveillent les talents des enfants et des plus grands ». Banco, son Hello World ! Lab séduit. Pour ses débuts et jusqu’à la création de son entreprise en novembre 2016, Élisabeth baigne dans un écosystème d’excellence.

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_1a6

Décrypter pour inventer demain

Depuis une petite année, Hello World ! Lab part à la rencontre de curieux comme de convaincus et propose, clé en main, des outils pour révolutionner l’éducation, selon une pédagogie testée. Dans ces ateliers créatifs de construction et programmation de robots, d’apprentissage du code… Élisabeth met en œuvre les compétences clés du 21e siècle : le faire-ensemble, la créativité, la logique, la maîtrise de l’anglais… « Dès 3 ans, on peut jouer avec un robot qui fait réfléchir, à 7 ans, le concevoir, le construire, le mettre en scène et, dès 12 ans, s’essayer à la programmation. Il ne s’agit pas de coder pour coder mais de s’initier en mixant français, maths, histoire, robotique et manipulation, pour une approche plus expérimentale du fonctionnement des algorithmes, prérequis pour être acteur du monde de demain. Enfin, il s’agit d’encourager les filles à investir cet univers. »

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_542

Partager pour booster la création

Un an plus tard, regard dans le rétroviseur. « Mon travail a du sens au quotidien. » Ces compétences différentes acquises par les enfants de façon plus ludiques dynamisent la créatrice. Une satisfaction essentielle pour affronter « les montagnes russes de la vie de cheffe d’entreprise : les rencontres extraordinaires, la richesse incroyable de l’aventure mais aussi les retards, les coups durs ». Au printemps 2017, un réseau d’aide aux créateurs lui raconte le projet de mentorat au service de l’entrepreneure de Little Big Women. Elle adhère immédiatement, enchantée de ses premiers partages avec Florence Toulemonde, co-créatrice du Gastama, nouveau concept hôtel lillois, devenue sa marraine. « Son expérience est une pépite. Concrètement, nous avons déjà échangé autour de mon business plan et de ma communication. Elle m’épaule. Et je suis ravie de son éclairage et de la dynamique créée. Nous, créatrices, avons toutes les mêmes problématiques. »

Entreprendre version Little Big Women

« Pour résumer les débuts de l’aventure, en version Little, j’évoquerai la solitude de la création. En version Big, toutes les fois où un atelier a redonné confiance à un enfant en difficulté, qui a alors changé de regard sur lui-même. » Version Little Big : L’ambition 2018 ? « Lever des fonds pour donner à HWL une nouvelle dimension, recruter et nous développer. » À suivre… de très près.

 

Élisabeth Touzet-Planchon

http://www.facebook.com/helloworldlab

 

ATE

Sa mentore : Florence Toulemonde

http://gastama.com/lille