Flo Alix-5

En dessinant un nouvel avenir pour Alix Ascenseurs, PME d’Avelin, Florence Dubois rejoint le club des rares cheffes d’entreprise à tenter l’aventure de la reprise. Qui plus est dans un univers assez masculin. Ses interlocuteurs ? Des propriétaires, des syndics, des architectes… Au quotidien, il n’est pas rare qu’elle chausse casque et bottes pour visiter les chantiers de cette société prestataire de services qui assure entretien, travaux, et crée des ascenseurs. La reprise date de décembre 2016. Dans cette aventure, Florence est épaulée par son père, Michel Dubois. « C’est une chance », assure-t-elle. Autre atout majeur : le binôme connaît bien la PME de cinq salariés. Pour cause, Florence est entrée en apprentissage en 2004 chez Autinor, entreprise fabricante de matériel pour les ascenseurs, dans laquelle son père est directeur financier. Depuis, elle y avait fait ses preuves au poste de commerciale, avant d’intégrer la filiale créée en 2015, la société ascensoriste Alix Ascenseurs. À l’heure de la retraite, sa dirigeante décelant les talents d’entreprendre de Florence, lui propose de prendre les rênes. La trentenaire sait saisir l’opportunité. « J’ai toujours eu en tête la création d’entreprise. » Banco, elle rachète, avec son père. « Je gérais mon métier de commerciale. Il a fallu reprendre les finances, les ressources humaines et les clients attendaient du répondant technique. »

Flo Alix-2

 

Reprendre, qu’est-ce que ça change ?

Alix-6Dans les faits, Florence gère aujourd’hui bien d’autres missions et son champ de compétences a changé de dimension. Il est désormais questions d’astreinte, de responsabilité et de légitimité. « Je suis de service, tous les jours, même la nuit et pendant les vacances. Et je gère, j’aimerais dire bien », résume Florence, dans un sourire. Elle avoue que la reprise a été, pour elle, synonyme de plus de pression. « Il faut que ça marche. Je suis responsable de nourrir quatre familles. » Enfin, elle s’interroge sur sa « légitimité dans un domaine technique et masculin. Je prends les décisions, même si je suis moins expérimentée que certains techniciens qui ont trente ans d’ascenseurs. Or, dans notre métier, les enjeux de sécurité sont essentiels, car les accidents peuvent être graves. » La suite : « Les premiers retours sont très positifs et je suis ravie de présenter nos premières réalisations. » Demain ? « Le développement passe par une équipe de qualité pour tout réaliser en interne. »

 

« Le mentorat, une vraie chance »

Alix-28« La plateforme de financement Initiative Lille Métropole Sud – qui m’avait proposé un prêt d’honneur – m’a mis en relation avec Fatiha Legzouli, co-fondatrice de LittleBigWomen. Alors que je partageais avec elle mes interrogations sur ma légitimité de femme dans un métier d’hommes, elle m’a proposé d’intégrer un programme de mentorat qui correspondait à un réel besoin. J’étais alors en train d’examiner l’opportunité de suivre une formation. Depuis fin novembre 2017, mon parrain est Denis Deprat qui dirige Usinaxe à Wattrelos, une entreprise de métallurgie. J’avoue que son expérience m’a impressionnée. Il a travaillé pour des grands groupes comme de petites structures et a déjà réalisé plusieurs reprises d’entreprises. » Ce que Florence attend de son parrain ? « Un appui pour me poser les bonnes questions, un accompagnement sur des sujets qui bloquent, une figure qui encourage. De nos premiers rendez-vous, je retiens la richesse professionnelle et humaine. Denis est bienveillant et disponible. » Quant à sa perception du programme qui associe accompagnement et ateliers, « il représente une clé vers la réussite et une vraie aventure humaine », résume Florence, enthousiaste.


LittleBigProjet

Le little de la reprise ? « La conciliation vie professionnelle et personnelle. Il faut trouver le juste compromis. Ma réponse : être soutenue par sa famille et privilégier le temps de qualité avec mes deux filles (9 et 3 ans). » Et le big ? « L’expérience est passionnante et enrichissante. Je n’ai pas de mots assez forts pour dire la joie toujours plus présente, la passion et l’envie d’être à la barre. Être cheffe d’entreprise, ce sont des rencontres, une très forte implication et une grande fierté. »

 

Florence Dubois, Alix Ascenseurs, www.alix-ascenseurs.fr

Son mentor : Denis Deprat, www.usinaxe.fr